Écrit par Sense Reporter

Le 30 avril dernier avait lieu le premier Lundi des Citoyens africain, coorganisé par l’association Low Carbon City, makesense et la start-up Oniriq ! Les Lundis des Citoyens, une initiative Low Carbon City, sont des tables rondes gratuites et ouvertes à tous qui réunissent citoyens engagés, entrepreneurs et acteurs du changement pour discuter d’un thème en lien avec l’environnement, généralement un lundi (et oui c’est surprenant) et le plus souvent à Paris, Lyon ou Grenoble. Pour cette occasion exceptionnelle, nous nous sommes retrouvés au campus makesense en plein cœur de Dakar, pour parler kits solaires connectés et accès à l’énergie en Afrique. Pour les petits malchanceux qui n’avaient pas la chance d’être Sénégal ce soir-là, vous proposons un petit best-of.

Les équipes makesense (Mamba Souaré), Low Carbon City (Victoire Cachoux) et Oniriq (Rodolphe Rosier) à Dakar

#1 La lampe électrique, c’est pas automatique

via GIPHY

En 2016, 950 millions de personnes n’avaient pas accès à l’électricité dans le monde. 600 millions de personnes en Afrique sont encore privées d’électricité courante. Seulement, aujourd’hui, de plus en plus de tâches sont facilitées grâce à une bonne liaison au réseau électrique : comment s’éclairer la nuit ? Comment charger le téléphone et rester connecté ? Comment faire sans réfrigérateur ou ventilateur quand la température estivale avoisine les 40 degrés ?

Les tentatives de résolution de ces problèmes viennent aujourd’hui des Etats mais aussi des petites entreprises qui tentent de faciliter l’accès à l’électricité pour les populations isolées. L’une de ces initiatives, Oniriq, développe des kits solaires complets, afin de pouvoir alimenter des familles en énergie. Les kits viennent de finir leur phase de test dans la région de la Casamance au Sénégal. Ils comprennent lampes et panneaux solaires, mais pas seulement…

#2  La connexion internet n’est pas un luxe, en Casamance comme à Paris

La box solaire connectée Oniriq

Même votre grand-père qui râle que les jeunes ne font que prendre des selfies l’a bien compris : le monde d’aujourd’hui est ultra connecté. Les familles ne veulent pas seulement s’éclairer. La connexion avec le monde extérieur permet l’accès à l’information et offre énormément d’avantages tant pour les professionnels que les particuliers. Pour cette raison, les kits solaires Oniriq comprennent également un téléviseur et une box ADSL intégrée ! Rodolphe Rosier, le directeur d’Oniriq, nous explique que les agriculteurs qu’il a rencontrés au Sénégal utilisent leur smartphone pour suivre en temps réel les cours des produits agricoles. Une réalité à laquelle on ne pense pas forcément lorsqu’on réfléchit « accès à l’énergie en Afrique ». Les échanges avec l’équipe makesense Afrique et le public dakarois le confirment : pouvoir communiquer avec ses amis, ses partenaires commerciaux et sa famille partie à l’étranger, c’est un service dont peu seraient prêts à se passer.

#3  Les technologies s’intègrent dans leur environnement local

via GIPHY

Les acteurs présents ce soir-là s’accordent tous sur ce point : lors du développement d’une nouvelle technologie, la question de l’environnement d’utilisation est primordiale. En plus de créer des emplois, le transfert de connaissances des concepteurs aux fabricants locaux facilite le développement et l’intégration des nouvelles technologies.

Nous avions la chance d’accueillir pour notre soirée des membres du Fablab dakarois Defko ak Niep. Ce Fablab, lieu de rencontre ultra stimulant entre les technologies numériques et l’artisanat sénégalais, s’engage pour la conception verte et travaille entre autres sur les technologies éoliennes ou solaires. Defko ak Niep et Oniriq souhaitent concevoir ensemble un atelier de fabrication de kits solaires sénégalais. La fabrication au Sénégal-même permet aux start-ups comme Oniriq d’avoir une influence positive sur le marché du travail local et de mieux appréhender l’environnement dans lequel elles travaillent. Par exemple, Oniriq a décidé d’utiliser des batteries de moto pour ses kits : en plus d’avoir une durée de vie longue, ces batteries sont présentes en abondance sur le sol africain et leur traitement y sera plus simple que pour des batteries plus sophistiquées. Faire avec du local, la solution durable !

#4  Les technologies pour l’énergie, plus qu’un problème de technologie ou d’énergie

via GIPHY

Rodolphe Rosier insiste sur ce point : le challenge principal lors du développement d’un kit solaire connecté, ou d’une technologie comme celles que l’ont peut trouver à Defko ak Niep ou à l’incubateur makesense, n’est pas technologique mais financier. Les investisseurs sont encore trop souvent frileux pour le marché africain. Un comble quand on sait que les populations rurales africaines ont prouvé leurs qualités de payeurs ! Le développement de technologies accessibles est donc plus pertinent que l’innovation de pointe. Et la recherche de méthodes pour financer l’accès à l’énergie en demande une certaine quantité, d’énergie.

#5  Ça bouge sur les scènes française et sénégalaise !

via GIPHY

Lors de cette soirée, on sentait l’énergie bouillonner et les idées fuser tant pour nos organisateurs que nos intervenants. Et pour cause, tout le monde avait un agenda bien rempli !


Oniriq lance son crowdfunding pour la construction des kits solaires connectés ! Pour en savoir plus : ici !

Makesense Afrique organise le 11 mai une folle journée pour parler entrepreneuriat et engagement social. Ça s’appelle le makesense Camp, ça se passe à Dakar et ça va être fou ! Pour s’inscrire : c’est par là !

Enfin, en plus des réguliers Lundis des Citoyens, Low Carbon City organise son 3e Forum international à Paris du 21 au 23 septembre. L’occasion de rencontrer acteurs, entrepreneurs et institutions engagés, de découvrir des initiatives incroyables et de se mobiliser. Vous avez un projet à présenter ? Postulez à l’appel à intervenants : par ici !


Intéressés par la transition énergétique ? Rejoignez la mobilisation Energies for Climate !