Écrit par Sense Reporter

Faire la teuf tout en aidant les réfugiés, c’est possible… ? En tout cas, c’est la promesse de l’asso Dis’care qui organise l’événement « Tapage » le dimanche 19 novembre à l’Aérosol à Paris. L’idée ? Mélanger moments de partage, de fête mais aussi de sensibilisation sur la cause des réfugiés. Au programme : une exposition avec des portraits de réfugiés, une « bulle » humanitaire » avec des assos qui viendront parler de leurs actions et de supers djs qui joueront pour faire danser tout ce beau monde. Pour obtenir son saint Graal aka son billet d’entrée, il suffira de payer son billet à l’ancienne, auquel cas l’argent sera reversé à des associations, ou de donner des habits qu’on ne porte plus. 

En vue de ce prometteur Tapage, MakeSense STORiES est allé interroger les DJs des collectifs qui promettent de nous faire suer sur la piste de danse dimanche prochain. 


Jérémie Haddad du collectif La Wild

 

Qui es-tu ?

Je m’appelle Jérémie Haddad, 31 ans. Je suis le fondateur de La Wild et un parisien qui a pas mal bougé et eu l’occasion de voir à quoi ressembler la misère, notamment en Afrique et en Asie. Je suis manager au Hasard Ludique, un nouveau lieu de quartier dans le 18e. J’aime organiser des évènements où il y a une grande mixité. C’est comme ça qu’on apprend le mieux : en puisant à droite à gauche dans l’expérience de chacun.

C’est possible de faire la fête en aidant les autres ?

Bien entendu que c’est possible de faire la fête en aidant les autres ! Et ça ne date pas d’hier : Coluche avait bien créé les Restos du Coeur et ce, avant même que beaucoup d’entre nous ne soient nés. On a nous-même créé une teuf avec le Cady Club en janvier dernier où on a dégagé plus de 600 euros de dons pour l’association UOSSM, qui aide les médecins en Syrie à avoir du matos et l’accès aux soins de manière générale.

Je pense aussi qu’il faut vraiment alarmer les gens sur le fait qu’ils sont souvent prêts à lâcher entre 7 et 10 balles pour une pinte, parfois 70 euros pour une soirée… Alors bon, je ne vois pas pourquoi on se demande si c’est possible donner un petit pourcentage de ces dépenses inutiles, pour une cause qui, elle, défend un besoin réel : manger, se vêtir, vivre.

Une track que tu as envie de jouer ce soir-là ?

Je pense à toi de Amadou et Mariam remixé par Voilaaa, pour le titre, pour Voilaaa et pour le tout ensemble qui montre de l’ouverture !

Un artiste ou un dj qui t’a sensibilisé à la cause des réfugiés ?

Je n’ai pas été sensibilisé par un quelconque artiste sur cette cause. Je suis convaincu depuis longtemps que l’entraide en général est possible et bien plus facile que l’on ne le pense. Cette cause pour moi est très importante car ce qui leur arrive est tout simplement horrible. Être obligé de fuir comme un chien en abandonnant tout, traverser des territoires dans l’ombre, risquer sa vie, pour se voir vivre enfermé dehors dans des zones délimitées où il n’y a plus rien d’humain… ça me touche déjà assez.

Qu’est ce que tu as envie de dire à quelqu’un qui se fout des réfugiés ?

Qu’il regarde toutes les futilités dans lesquelles il dépense son fric. Qu’il se pose la question de comment, alors qu’on a une vie et un métier, on peut se retrouver chassé dans des lieux où l’on est regardé comme des animaux incapables, un peu à l’image des premiers films de la planète des singes. 
De le mettre à leur place de quelqu’un qui n’a même pas la chance de travailler, même pour des tâches minables qui permettent à peine d’acheter des chaussettes à ses gosses, alors qu’il a déjà affronté la mort et traversé un continent.


Larry Houl, Dj et producteur

Qui est Larry Houl ?

A la base, moi je suis du label D.K.O Records, chanteur du groupe Secret Value Orchestra. Je démarre également peu à peu ma carrière en solo dans la production et là par exemple je viens d’apprendre à mixer et je commence en soirée. C’est quelque chose de nouveau pour moi, car à la base moi je suis plutôt chant jazz, soul, je ne suis vraiment pas dans les Dj. Et là, je prépare la sortie d’un E.P qui va sortir sur label londonien qui s’appelle Feelings.

Est-ce qu’il y a une track que tu voudrais jouer ce jour là ?

Je pense que c’est un truc qui va se faire sur le moment ou le jour d’avant peut-être. Mais une en particulier… je pense que je jouerai une track plutôt funk, un peu cool et chill, par exemple Summer Madness de Kool And The Gang, c’est reposant, même si ça n’a pas forcément de sens avec le combat de l’événement, mais ce sera selon moi un moment de détente, surtout que c’est mon morceau préféré donc je sais que je le jouerai quoiqu’il arrive.

C’est possible de faire la fête en aidant les autres ?

Je pense que le but n’est pas tant de faire la fête que de sensibiliser les gens, de les rassembler dans un endroit et de leur proposer quelque chose, un spectacle, des artistes qui viennent jouer… Il y aura vraiment une grande part de cet événement consacrée à la sensibilisation. Après je ne pense pas que cela soit incompatible. Les réfugiés sont des personnes qui ont fui leurs pays en raison d’un contexte vraiment difficile. Si certains sont présents à l’événement, je pense que ça va être justement un moment où les gens vont vouloir se rencontrer, partager un verre…

Est-ce qu’il y a un artiste, un musicien, un Dj qui t’a sensibilisé sur la question de la crise des réfugiés ?

J’ai été à un concert d’Ibrahim Malouf il y a 3 ou 4 ans où il a joué le morceau Beirut. Ça ne parlait pas vraiment de la crise des réfugiés, mais de l’exode de certains Libanais qui avaient vécu cet évènement durant la guerre du Liban et qui se sont exilés en France. C’est un morceau instrumental, sans texte, mais qui avait une profondeur car il réussissait à instrumentaliser l’exode. Je me souviens que ça m’avait vachement marqué.

Qu’est ce que tu aurais à dire à quelqu’un qui se fout des réfugiés ?

Je ne suis pas non plus un expert de la situation donc j’y vais aussi pour être sensibilisé moi-même. J’essaierai de convaincre les gens de venir à l’événement car c’est tout de même important d’être informé, de comprendre pourquoi ils sont là… Et quand on entend certains média ou partis politiques dire « les réfugiés causent des problèmes en France », il faut comprendre que ce sont des êtres humains qui dorment en ce moment dans la rue à Paris ou même partout. Je pense qu’il y a un réelle nécessité de comprendre pourquoi ils sont là, ce qu’ils pensent, quelle est leur situation.


Vito du collectif La Mamie’s

Qui es-tu?


Vito du collectif de La Mamie’s

C’est possible de faire la fête en aidant les autres ?

Oui, la preuve avec cet événement qui j’espère aura un impact positif, permettra de connecter des gens pour continuer ce genre d’initiatives

Une track que tu as envie de jouer ce soir-là ?

Afro Gente de Glenn Underground

Un artiste ou un dj qui t’a sensibilisé à la cause des réfugiés ?

J’ai été sensibilisé par Arabella du collectif Disc’are qui m’a parlé du projet. J’en ai parlé à La Mamie’s, on s’est dit que ça serait cool et que ça permettrait d’y apporter notre infime contribution à quelque chose de bien. Sans se prendre trop au sérieux et faire ce qu’on aime faire, jouer des disques.

Qu’est ce que tu as envie de dire à quelqu’un qui se fout des réfugiés ?


Que ça peut arriver à n’importe qui, dans n’importe quel pays, n’importe quel endroit, on ne sait jamais de quoi demain sera fait donc autant essayer d’aider ceux qui sont dans le besoin.


Envie d’agir sur la cause des réfugiés ?

Regarder le documentaire Waynak

Rejoignez la tribe sur les Réfugiés


A propose de l’auteur : Benjamin Do s’engage dans les causes qui lui tiennent à cœur. Garçon souvent perdu dans ses pensées et constamment insatisfait, l’engagement citoyen est un moyen pour lui de se sentir vraiment utile, pour essayer de donner un sens à sa vie, mais aussi d’en donner aux autres et pas seulement se lever tous les jours pour regarder le soleil. Venant tout juste de commencer ses études supérieures, il verra bien où la vie le mène. #réactif #mystérieux #philo