Écrit par Sense Reporter

Eur’Hope Sense Tour, c’est trois étudiants en entreprenariat et management, Astrid, Alexandre et Margaux, qui traversent l’Europe à la recherche d’entrepreneurs de l’économie positive.

Après une campagne de Crowdfunding réussie, nos trois jeunes protagonistes se sont lancés sur les routes d’Europe pour rencontrer et raconter les histoires des entrepreneurs qui travaillent aujourd’hui pour que demain soit meilleur. Concrètement, ces entrepreneurs cherchent à corriger les problèmes actuels en proposant un fonctionnement optimal de leurs ressources. On parle ici des ressources humaines (relations de travail sincères et de confiance entre les parties prenantes de l’entreprise), environnementales (implication dans le développement durable) et financières (les profits sont réinvestis). Un éventail de projets inspirants pour booster et cultiver l’innovation.

Nous avons rencontrés la fine équipe, et leur avons posé deux trois questions…

1) Quel est plus gros pari de votre projet/voyage ?

  • Alexandre : L’objectif principal est vraiment de redonner espoir aux gens (d’où le nom de notre projet). Leur prouver que beaucoup d’entrepreneurs travaillent dans une ambiance excellente tout en respectant les ressources disponibles (financières, humaines et environnementales) et que l’entrepreneuriat social est une réponse aux problèmes posés par le système économique actuel (focalisation exclusive sur le profit, perte de sens, déshumanisation des relations).
  • Margaux : Le plus gros pari de notre projet pour moi est d’arriver à transmettre à nos lecteurs les rencontres que nous ferons. Arriver à transmettre leur action, leur motivation, leur optimisme pour avoir l’impact souhaité sur l’entreprenariat positif.

2) Ce qui vous fait le plus peur chacun ?

  • Astrid : Ne pas pouvoir finir le reportage pour des raisons financières! Nous avons un budget restreint qui nous permet de financer tout le reportage si nous parvenons à ne pas trop dépenser dans le logement. Et le Couchsurfing, ca ne marche pas partout…
  • Alexandre : Nous faire voler nos sacs de voyage (la galère absolue). Pour le reste nous sommes assez débrouillards.
  • Margaux : De laisser titine (la voiture) dans un parking…

3) Comment avez-vous déterminé l’itinéraire ? Les entrepreneurs ?

  • Astrid : Au départ, le planning de notre tournée a été prévu pour être fait en voiture. Nous nous sommes rendus compte que ce n’était pas très écolos et avons changé d’idée, mais nous avons gardé le planning qui nous évite de prendre l’avion : nous ferons les pays du Sud, puis de L’Est et enfin le Nord. Nous sommes juste en train de faire un crochet par la Hollande pour pouvoir assister à l’ESBF (European Social Business Forum). Concernant les entrepreneurs, nous avions les critères de sélection suivants :
  1. – Jeune (entre 20 et 35 ans environ)

– Innovant

  1. – « Positif », cad prenant soin de ses ressources (financières, humaines, environnementales)
  2. Et si possible ancré dans la culture de son pays.
Pour les trouver, nous avons principalement utiliser les réseaux sociaux : nous avons cherché sur les réseaux d’entrepreneurs sociaux (comme MakeSense mais aussi OuiShare par exemple) et sur les réseaux d’expatriés français.

4) La rencontre que vous attendez avec le plus d’impatience ?

  • Astrid : J’étais très enthousiaste à l’idée d’écouter Muhammad Yunus, et nous avons déjà pu échanger avec lui à deux reprises ! Un exemple d’entreprise que j’ai hâte de rencontrer : Party For The People, une plateforme de vente de billets de concert en ligne à Londres, qui reverse une partie des bénéfices à des oeuvres caritatives.
  • Margaux : Moi j’ai hâte de rencontrer les créateurs de la Naranjas de Carmen en Espagne.

5) Ce qui te pousse à faire ce projet ?

  • Astrid : Plutôt que de faire un stage dans une entreprise, j’ai choisi d’en découvrir plusieurs ! Je pense que l’idée que nous voulons faire passer au travers de nos contenus peut avoir un impact très positif sur la société et le monde du travail si elle est répandue. De plus, les rencontres pourront me permettre de trouver un job ou m’inspirer pour créer ma propre structure. Et ce qu’il y a de génial, c’est que c’est possible aussi pour toutes les personnes qui nous suivent !
  • Alexandre : L’inspiration. C’est vraiment le centre de tout notre projet : nous inspirer et vous inspirer pour votre vie personnelle et professionnelle. Rien que ça !

► Bonus : Ton « call to action » par rapport au projet ?

  • Astrid : Inspirez-vous et agissez !!
  • Alexandre : « Fais comme tu sens, fais comme tu veux ». Véro copyright.
  • Margaux : Arrêtez de râler et créez le monde que vous voulez !

Si vous souhaitez suivre leur tour et/ou découvrir ces entrepreneurs inspirants, leur blog est ici et leur page Facebook ici.