Écrit par Sense Reporter

Après 6 mois au Philippines, l’hiver parisien m’a décidé à rejoindre les saveurs d’Asie du sud-est via un cours de cuisine Indonésien. Kialatok propose des cours de cuisine du monde pour les entreprises et particuliers par des cuisiniers et cuisinières qui ont des difficultés d’accès à l’emploi.

Je me suis donc rendue un samedi après-midi pluvieux du mois de Janvier à Marx Dormoy au 74 rue Philippe de Girard pour un atelier de cuisine Indonésienne. L’occasion de découvrir une nouvelle culture et d’apprendre quelques techniques de cuisine. L’atelier est ouvert et très colorés au mur des épices du monde entier et les destinations possibles sont nombreuses : Sénégal, Brésil, Maroc, Algérie…

Kialatok est né en 2013 de la rencontre de Florence et Kévin lors de leur étude et de leurs passions communes pour l’innovation, l’entrepreneuriat social et la cuisine du monde. Cette entreprise sociale voit la cuisine comme vecteur de rencontre, d’ouverture d’esprit à la diversité et l’inter-culturel.

Nous nous sommes plongés dans la cuisine Indonésienne et au menu : les nems indonésiens lumpias, le traditionnel Rendang (plat de boeuf au curry caramélisé), et un délicieux dessert le Es Campur.

De délicieux nems indonésiens

Je suis accueillie très chaleureusement par Ida l’animatrice du cours de cuisine originaire d’Indonésie et enfile en vitesse un tablier. Nous sommes une dizaine de curieux de tout horizons rassemblés autour des fourneaux. Ida nous guide et nous réparti les tâches : on coupe, on tranche et on mélange les légumes, la viande et les épices. C’est donc une version très collaborative du cours de cuisine puisque nous travaillons tous ensemble à la préparation des plats. Chez Kialatok, il n’y a pas de technique de cuisine imposée mais une cuisine guidée par le coeur et la passion. Ida partage les recettes qu’elle cuisine chez elle et la culture de l’Indonésie : la politique, les traditions, les religions, l’histoire…

Chez Kialatok, il n’y a pas de technique de cuisine imposée seulement une cuisine guidée par le coeur et la passion.

Ida en train de donner des conseils avisés

Une fois la session de cuisine terminée, nous nous rassemblons autour de la table pour déguster nos bons plats. Avant de partir, nous avons eu un petit cours improvisé de danse et avons envoyé une carte postale de notre voyage. Ma grand-mère a reçu ma carte d’Indonésie et je vais essayer de lui refaire les plats d’Ida, même si, malheureusement, n’ayant pratiqué que certaines tâches je ne sais pas si je vais réussir à refaire les recettes, affaire à suivre. Je suis sortie convaincue que la cuisine est un des meilleurs moyens de découvrir une culture étrangère et que ces ateliers sont une belle occasion de voyager avec une empreinte carbone nulle.

Une fois la session de cuisine terminée, nous nous rassemblons autour de la table pour déguster nos bons plats. Avant de partir, nous avons eu un petit cours improvisé de danse et avons envoyé une carte postale de notre voyage.

Envie d’agir sur la diversité culturelle et culinaire ?

Vous pouvez rejoindre la mobilisation Food Security

Pour vous engager n’hésitez pas à rendre visite aux nombreux projets comme celui de Kialatok : Le Recho , Refugee Food Festival, MamaYoka ou encore DiscoFugees