Écrit par Sense Reporter

C’est une question de jours, d’heures, voire de secondes, avant que vous n’envisagiez de vous déplacer pour aller voter. Tant qu’à faire, on vous a donné quelques tuyaux pour répondre à cette question : comment gérer cette fameuse journée ?

Ce scénario est publié avec la collaboration de notre partenaire Le Drenche

cropped-DRENCHE-long

Vous allez vous réveiller, plus ou moins facilement selon vos activités de la veille, vous allez prendre un petit-déjeuner à base de sucres lents et d’un verre de jus d’orange, comme recommandé par les nutritionnistes, puis vous aurez 4 options pour le reste de votre journée.

Aller voter pour Emmanuel Macron

Aller voter pour Marine Le Pen

Aller voter blanc

Ne pas aller voter

Ce choix entre ces 4 options est un choix important pour ce qu’il déterminera. Et comme chaque choix, il convient de ne pas le faire à la légère.

via GIPHY

Pourquoi c’est un choix important ?

Sans rentrer dans une longue dissertation, il y a plusieurs raisons à cela : tout d’abord parce qu’il n’arrive qu’une fois tous les 5 ans. Et que, quel que soit le résultat de ce choix, il va falloir vivre avec pendant les 5 prochaines années. Ensuite parce que, même si un Président ne décide pas de tout ce qu’il se passe dans le pays, un grand nombre d’événements en dépendent directement ; il (ou elle) décide des grandes lignes du pays, du gouvernement, et il ou elle représente la France à l’étranger.

Qu’on le veuille où non, lorsque le Président parle, les journaux titrent “La France s’est exprimée”.

Donc, que faire ?

Plusieurs cas de figure, du plus simple au plus complexe.

Tout d’abord, si un projet, celui de Marine le Pen ou d’Emmanuel Macron, vous a particulièrement convaincu, et vous pensez qu’il est parfait pour l’avenir du pays ; allez voter pour le candidat qui vous a convaincu. Pour vous, le choix est simple, petits chanceux.

Second cas de figure : vous n’en avez rien à secouer de la vie en société, d’ailleurs vous êtes anarchiste et vous avez toujours pensé qu’un Président ne servait à rien : abstenez-vous et partez faire une partie de pêche. J’essaierais bien de vous faire changer d’avis sur la vie en société, mais il me faudrait plus de place.


via GIPHY

Vient ensuite le cas le plus intéressant : vous avez voté pour un candidat (ou pour Nathalie Arthaud) au premier tour, et vous hésitez entre voter blanc pour montrer votre désaccord avec les deux présents au second tour, ou glisser un bulletin dans l’urne pour faire barrage à l’autre.

Vous êtes perdus entre vote d’adhésion, vote par défaut, vote utile, front républicain, vote blanc ou vote nul, ou toute autre expression de sociologie politique pour désigner la manière de mettre un bulletin dans l’urne. Or, la question est beaucoup plus simple que cela : aucune de ces expressions n’existe vraiment ! La loi ne fait aucune distinction entre le vote d’adhésion et le vote utile, elle ne fait même aucune distinction entre les conséquences d’un vote blanc, d’un vote nul, ou d’une abstention.

Pire que cela : la loi n’oblige même pas le Président élu à mettre en oeuvre son programme, à rendre des comptes sur ses promesses ou aux citoyens l’ayant élu. La loi (enfin, la Constitution) prévoit juste que  “Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés.

Dès lors, le choix est simple.

Soit vous souhaitez participer à la désignation du prochain Président, et vous glissez un bulletin dans l’urne.
Soit vous estimez qu’il n’y a absolument aucune différence entre les deux candidats qui vous sont proposés, que cela ne changera rien que ce soit l’un ou l’autre, et vous vous abstenez ou vous votez blanc (ce qui, redisons-le, revient exactement au même aux yeux de la loi).


via GIPHY

Or, au vu des candidats, il y a peu de chance qu’il n’y ait absolument aucune différence entre les deux, ni que l’un ou l’autre exerce le pouvoir de manière absolument identique. Alors certes, une partie de vous aimerait donner “un coup de pied dans la fourmilière”, pour qu’enfin les choses changent vraiment. Cela s’entend. Mais pensez aux fourmis qui encaisseront le coup de pied. Pour elles, les choses changeront effectivement radicalement…

Et enfin, rassurez-vous ; la démocratie ne se limite pas aux élections (même si beaucoup trop à mon goût). Il y a d’autres moyens de s’engager entre deux élections présidentielles : dans un parti, dans des associations, ou justement pour faire changer les règles de ces élections.


via GIPHY

Et sur votre bulletin, il ne sera ni marqué vote de confiance, ou vote d’adhésion. Aucun engagement signé comme quoi vous adhérez à 100% du programme, ou que vous êtes en accord avec toutes ses idées. Non, sur votre bulletin, il y aura seulement un nom : celui du prochain Président que vous souhaitez.

Florent Guignard est le co-fondateur du journal Le Drenche, un journal de débat qui présente le Pour et le Contre de chaque sujet pour aider chaque lecteur à forger son opinion.

#Socialentrepreneur #Démocratie #Medias