Écrit par Sense Reporter

Voilà 8 mois que l’équipe du projet Sens Commun est en Amérique latine pour comprendre comment s’émanciper afin de co-construire des sociétés plus harmonieuses et durables. Brésil, Argentine, Chili, Bolivie, Pérou, Equateur et Colombie regorgent de sources d’inspiration pour comprendre comment continuer à innover dans la recherche de modes de développements alternatifs de redistribution du pouvoir et de construction collective. Nous avons sélectionné quelques expériences d’entrepreneuriat qui font bouger les lignes politiques et citoyennes afin d’inspirer, qui sait, d’autres oreilles attentives. 

Le 7 avril, à Santiago (Chili),  l’effervescence de Sebastián Cantuarias, fondateur de Proyecto Propio, nous a plongé l’espace d’une après midi dans des tourbillons de pensées positives.

Team Proyecto Proprio

Sebastián, Lisa et Aurélie

Il y a plus de 10 ans Sebastian a eu la volonté de casser le mythe de la solidarité en montrant que le bien être durable se construit par soi même et ne se reçoit pas.
Sebastian a une vision très long terme de la construction de nouvelles sociétés et son fer de lance est l’émancipation et la dignité de l’individu. La devise de Proyecto Propio: personne n’est pauvre, c’est le contexte dans lequel les personnes vivent qui est pauvre. À partir de là on a tout compris ou presque!

« Personne n’est pauvre, c’est le contexte dans lequel les personnes vivent qui est pauvre ! »

Vidéo de présentation de Proyecto Propio

Proyecto propio apporte son expertise pointue en terme de construction urbaine, et d’innovation financière pour amorcer une dynamique de changement qui vient de la communauté même. Les services de Proyecto Propio ne sont pas gratuits mais financés par la communauté, pour autant Proyecto Propio n’engrange pas de bénéfices mais suffisamment pour payer les salaires de ses experts et rien d’autre. Proyecto Propio mise sur le professionnalisme et suggère qu’en apportant un service d’expertise a des contextes pauvres économiquement, cela favorise l’émancipation humaine.

Et cela marche, la communauté s’organise, s’entraide et travaille collectivement pour voir aboutir des projets qui bénéficient à tous.

No Existen Las Personas Pobres

#C’estLeContexteQuiEstPauvre

Mais comment la communauté trouve-t-elle l’argent pour financer ces projets?
Ils s’allient en comité de voisins pour postuler à des fonds publics (appels d’offres, bourses, subventions) via Proyecto Propio qui dispose de la forme juridique adéquate pour gérer et recevoir les fonds ce que les seuls comités de voisins n’ont pas la possibilité de faire. Proyecto Propio et la communauté créent ensemble des alliances et partenariats avec les entreprises de services publics pour négocier collectivement un accès aux services de base en promettant une collaboration qui générera un paiement régulier et systématique des factures. La compagnie de service public est donc gagnante car elle gagne des clients réguliers, et promet en échange des infrastructures qui bénéficient à la communauté entière. Ou comment l’entraide entre voisins permet de construire des territoires moins inégaux mieux équipés et où on se sent donc de fait plus heureux et plus en sécurité !

Proyectos
En ce qui concerne les projets naissants directement de l’initiative de la communauté et n’engageant pas d’entreprise de services publics, comme par exemple créer une école, un jardin communautaire, un parc, une route ou une maison de retraite; la communauté se réunit pour récolter les fonds nécessaires et Proyecto Propio accompagne la communauté puis réalise le projet en s’engageant sur deux points:

  • Consommer local,
  • Faire appel à une main d’œuvre locale pour tous les travaux et projets mis en œuvre.

Ces deux processus participent à la souveraineté économique du territoire et génèrent l’auto estime nécessaire et suffisante pour que les infrastructures et projets perdurent dans le temps et que la communauté se les approprie. Une nouvelle version de l’aide au développement local, plus inclusive, durable et émancipatrice.

Alors bien sûr cela incite les autorités locales à agir dans le même sens, et cela complète l’action publique efficacement.

« Après tout pourquoi ce serait seulement ceux qui gouvernent qui auraient le droit de décider de l’éducation de nos enfants, de qui construit nos routes, et de comment s’organise l’espace public que nous arpentons ? »


On y croit? Nous oui! L’émancipation collective cela ressemble à ça, on ne construit pas en assistant ou déléguant mais en pensant local et en mettant la main à la pâte.  Comment co-construire en respectant à la fois les autres et soi-même et en s’identifiant dans un projet collectif? Comment partager en collaborant?

Video de campagne de Proyecto Proprio sur leur définition de la solidarité


Si vous voulez en savoir plus on vous invite à aller voir le site de Proyecto Proprio qui regorge de vidéos et de support de méthodologie !

Merci à Lisa WARTELLE et Aurélie CHARTON de Sens Commun pour la rédaction de cet article.